Covid-19 : Des inventions pour respecter les gestes barrières

Crochet hygiénique anti-virus HandySafe - Meilleur que Yanook

Avec la crise sanitaire du Covid-19, les poignées de porte, sonnettes ou boutons d’ascenseur sont devenus des obstacles redoutés, dont chacun cherche à éviter le contact. L'objection est ainsi d'éviter la transmission du virus et stopper la pandémie. C’est pourquoi plusieurs entreprises ou particuliers se sont lancés dans la fabrication de crochets ouvre-porte multi-usages ou autres objets. Et ce, avec un seul credo : gardez vos mains loin des microbes !

Un crochet de porte anti-bactérien

Lancé il y a seulement quelques jours, cet objet reçoit un réel engouement ! Une pièce en laiton de quelques 20 grammes, à peine plus grande qu’une clé de voiture, nommée HandySafe™. Tout d'abord, il s’agit d’un crochet pensé pour « accrocher les poignées de porte ou les loquets, presser sur les boutons d’ascenseurs, les sonnettes, les interrupteurs, les touches de terminaux de paiements bancaires, attraper les robinets », explique les créateurs du crochet hygiénique HandySafe™.

COMMANDER L'OUVRE-PORTE ANTI-MICROBES

Il fonctionne aussi sur tout écran tactile, tel un stylet !

Mieux encore ! Le crochet anti-bactérien HandySafe fonctionne sur tout écran tactile. Il peut donc être utilisé comme un stylet pour utiliser son Smartphone ou tablette tactile. Mais pas que, il peut très bien remplacer vos doigts pour l'écran tactile au rayon fruits et légumes, celui des distributeurs de billets automatiques ou des bornes de paiement au supermarché par exemple !

Ce produit fait fureur : déjà des milliers de pièces commandées. En ces temps de crise sanitaire, son réel avantage est sa composition : en alliage de cuivre et de zinc, réputés pour leurs propriétés anti-bactériennes. Ce matériau est le même que celui utilisé en milieu médical. le crochet se veut facile à nettoyer avec un peu d’eau et du savon et surtout recyclable. Il est aujourd'hui vendu 9,99€.

De plus, l’approche hygiéniste est plus large. "Nos clients pourront se servir de cet objet même après la crise du Covid-19.  Par exemple les sanitaires et autres endroits publics qui ne sont pas toujours très propres", soulignent les concepteurs du produit.

Ci-dessous, une vidéo explicative pour en savoir plus :

COMMANDER L'OUVRE-PORTE ANTI-MICROBES

Les mains, nid à virus et bactéries

HandySafe™ n'est pas la seule entreprise à avoir conçu des dispositifs pour ouvrir les portes en évitant la contamination au coronavirus. D’autres entreprises ont également imaginé des dispositifs permettant d’ouvrir les portes avec les coudes ou avec les pieds plutôt qu’avec les mains.

Pour information, les mains constituent l’endroit de notre corps le plus porteur de bactéries. Lorsqu’une personne malade se mouche ou éternue, on retrouverait dans ses mains entre dix mille et 1 million de virus. Ces chiffres approximatifs sont toutefois nuancés par Caroline Tapparel Vu, professeure assistante au département de microbiologie et de médecine moléculaire à la Faculté de médecine de l’Université de Genève (UNIGE). Selon elle, tout dépend du type de virus, du stade de la maladie et de l’âge de l’individu concerné. 

Les parois de séparation pour les bars, restaurants et à la plage

Séparer les clients dans les bars et restaurants

C'est dans les bars et restaurants espagnols que les cloisons transparentes ont fait leur apparition. Leur but ? Isoler les clients de tout contact afin d'éviter la contagion du coronavirus, qui sévit aussi durement en Espagne qu'en France.

Un entrepreneur espagnol interrogé par l'AFP insiste sur le fait qu'il est nécessaire de "s'habituer à tout dans la vie. Nous devrons changer notre façon de sortir dîner ou boire un verre. Nous nous habituons à tout dans la vie. » Même quand le confinement prendra fin, tout ne redeviendra pas comme avant.

Les parois transparentes permettent d’isoler les tables les unes des autres ou de séparer des clients assis à la même table. En effet, le seul vrai moyen d'éradiquer la contamination du covid-19 est d'éviter tout contact. Nos habitudes sont appelées à changer.

L'inventeur du plexiglas de séparation affirme que "personne ne pourra supporter d’avoir un commerce fermé pendant six, sept mois voire un an". Les restaurants ou bars doivent d'ors et déjà investir dans la rénovation de leur établissement pour rouvrir au plus vite.

Uber VTC se prépare aussi au déconfinement

Cette innovation intéressent également d'autres secteurs que la restauration, toujours dans un souci de séparer les clients pour limiter les contacts. En effet, la société Uber VTC a affirmé que ses chauffeurs auront prochainement la possibilité d’en installer dans leurs véhicules. Pour préparer au mieux le déconfinement prévu en France le 11 mai 2020, Uber a aussi prévu d'équiper chaque véhicule de kit d'hygiène pour la sécurité des clients.

Dans la même idée mais sur la page, l'entreprise italienne Nuova Neon a confectionné des caissons en plexiglas de 4,50 mètres de côté avec une porte d’1,50 mètre de large. L'intérêt est d'offrir la possibilité aux vacanciers de profiter de la plage en toute sécurité. Le caisson en plexiglas permet de séparer chaque vacancier de son voisin de serviette ou de transat.

Le gouvernement italien souhaite relancer l'activité des bars, restaurants et établissements balnéaires d'ici l'été. Le secteur du tourisme réfléchit donc à des systèmes de protection contre le virus comme celui-ci.

Des poignées de coude en fabrication 3D à Toulouse

Eric Loupiac, chef de projet à l’Icam site de Toulouse, a proposé d'équiper la clinique Pasteur de Toulouse de “poignées de coude”. Cet accessoire permet l'ouverture d'une porte à l'aide du coude. Vous l'aurez compris, l'objectif est de remplacer le contact des mains avec les poignées de porte par l'action du coude et ainsi éviter la propagation des microbes.

Les poignées de coude sont fabriquées en utilisant la technologie de l'impression 3D. Eric Loupiac a proposé une version améliorée le 23 avril 2020. Elle est désormais disponible et à disposition des soignants de la Clinique Pasteur.

La clinique toulousaine souhaite équiper ses portes pour éviter la propagation des virus dans le cadre de la crise sanitaire liée au Covid-19.

Les bornes désinfectantes sans contact dans les rues et espaces d'accueil

A Lyon (69), dans les Transports en commun Lyonnais (TCL), des bornes désinfectantes font office de distributeurs de gel hydro-alcoolique multi-usages aux passants. Le réseau Lyonnais prévoit déjà l'installation de neuf bornes désinfectantes sans contact.

On doit ces bornes novatrices à la société grenobloise Evercleanhand. Cette idée part d'un constat sans équivoque : 80 % des infections sont contractées par des mains mal désinfectées. Cette désinfection est d'autant plus importante depuis la crise sanitaire causée par le nouveau Covid-19.

Le Sytral, autorité gérant le réseau des transports lyonnais explique que « cette solution permet une désinfection efficace et rapide (en 7 secondes) grâce à la projection d’une lotion biocide, naturelle et écologique. L’éclairage accompagnant ce dispositif le rend visible et incitatif ».

7 secondes donc, pour se désinfecter les mains sans savon ni le moindre produit. Encore mieux : la lotion pour désinfecter est à la fois naturelle et écologique. La jeune société a donc l'ambition de proposer une alternative aux gels hydroalcooliques. Une démarche très intéressante alors que le monde fait face à une pénurie de gel protégeant contre le virus.

Cette solution pourrait très prochainement apparaître dans les hôpitaux, dont le besoin en produits désinfectants est de plus en plus urgent

La poignée de porte auto-désinfectante

Dans l'Oise à Compiègne, la jeune entreprise Skoon va commercialiser une innovation qui pourrait bien faire du bruit : la poignée de porte autodésinfectante.

Sur son site, SKOON donne de nombreux arguments pour appuyer cette innovation, par exemple :

  • Les poignées de porte sont bien plus infectieuses que les lunettes des toilettes publiques ;
  • 62% des hommes et 40% des femmes en Europe ne se lavent pas les mains après s’être soulagés ;
  • Une poignée suffit pour infecter tout un immeuble.

« La bague imprégnée d’un agent désinfectant et dégraissant effectue un aller-retour sur la béquille. Elle dépose un microfilm neutralisant les germes pathogènes et la saleté », indique Skoon sur son site.

La Skoon Smart Handle, la poignée qui reste toujours propre, coûte entre 200 et 500 €. Pour l'instant elle s'adresse uniquement aux établissements recevant du public tels que les hôtels, les entreprises…